Réalisation d’une recherche sur l’intégration des savoirs autochtones dans les pratiques de réduction de risques de catastrophes à Madagascar

Croix-Rouge Française

I. Contexte :

La PIROI :

La PIROI est un outil de la Croix-Rouge française rattaché à la Direction des relations et des opérations internationales (DROI) qui mène depuis 2000 un programme régional de gestion des risques de catastrophes (GRC) dans la zone Sud-Ouest de l’océan Indien.

La PIROI est composée de différents membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge :

  • Le Croissant-Rouge comorien,
  • La Croix-Rouge française,
  • La Croix Rouge malgache,
  • La Croix Rouge de Maurice,
  • La Croix Rouge du Mozambique,
  • La Croix Rouge des Seychelles,
  • La Croix-Rouge tanzanienne,
  • La Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR)
  • Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

Basée à la Réunion, la PIROI permet de concentrer les compétences et les moyens au plus près des zones vulnérables et ainsi d’augmenter la réactivité et la capacité face aux catastrophes.

La plateforme mène des actions de renforcement de ses Sociétés nationales membres, de préparation et de réponse aux crises, ainsi que de réduction des risques de catastrophes par la sensibilisation des populations. La force régionale d’intervention de la PIROI repose sur un réseau et une couverture territoriale dense : plus de 800 comités locaux et plus de 35000 volontaires actifs au sein des 7 Sociétés Nationales membres du programme.

Les conventions de partenariat définies avec la FICR et la COI (Commission de l’Océan Indien) en 2012 et 2016 font de la PIROI un acteur majeur de la gestion des risques naturels dans la région.

Le projet :

Dans le cadre de son mandat régional, la Croix-Rouge française – PIROI mène un projet de gestion des risques de catastrophes et adaptation au changement climatique dans la zone sud-ouest de l’océan Indien visant à contribuer à l’amélioration des capacités des populations et des acteurs de la gestion des risques à se préparer et à répondre durablement aux risques naturels, sanitaires et aux effets prévisibles du changement grâce au financement du fond européen de développement régional, à travers le programme de coopération régionale INTERREG.

Ce projet s’articule autour de 3 grandes actions :

  1. Les connaissances et compétences des acteurs de la gestion des risques concernant les aléas naturels, les crises sanitaires et les changements climatiques sont améliorées (Action 1).
  2. Les capacités des acteurs de la gestion des risques sont renforcées en matière de gestion des aléas naturels, crises sanitaires et des changements climatiques (Action 2).
  3. Les populations du sud-ouest de l’océan Indien sont mieux informées et préparées face aux risques liés aux aléas naturels, aux crises sanitaires et aux changements climatiques (Action 3).

Dans le cadre du premier axe de ce projet, des travaux de recherche et d’innovation sont développés au service de l’amélioration des actions.

Dans cette perspective, la Croix-Rouge française, PIROI, est à la recherche d’un prestataire pour réaliser un inventaire des savoirs et pratiques autochtones existants dans le domaine de la réduction des risques de catastrophes à Madagascar et proposer des lignes directrices pour leur intégration dans la conception et la mise en oeuvre des programmes et orientations stratégiques des acteurs de la gestion des risques tels que la Croix-Rouge.

De plus en plus de cadres stratégiques et politiques aux niveaux mondial et continental tels que le Plan d’action pour l’Afrique et le Cadre de Sendai ont promu l’importance des connaissances autochtones et locales et plaidé pour un rôle accru dans les initiatives visant à atténuer les risques de catastrophes et le changement climatique. Cependant, ces connaissances sont rarement exploitées ou utilisées pour éclairer l’élaboration et guider la mise en œuvre des programmes et des politiques de gestion des risques. Ce manque d’application des connaissances autochtones et locales, en particulier au niveau local, compromet parfois la participation des communautés locales/rurales à la mise en œuvre des politiques de réduction des risques de catastrophe.

La population malgache comprend environ 20 groupes ethniques, qui dépendent principalement de l’environnement pour leur subsistance et qui sont fortement confrontés aux impacts du changement climatique en raison de la nature de leur activité et de leur lieu de vie. Madagascar est en effet caractérisé par un environnement sujet à de nombreux risques avec des conditions météorologiques qui peuvent notamment être imprévisibles et variables. Il est donc nécessaire d’identifier et de reconnaître le caractère unique des connaissances autochtones et leur potentiel d’enrichissement de la compréhension de l’environnement et des politiques de gestion des catastrophes.

Les différents groupes ethniques malgaches ont des cultures, des normes et des croyances religieuses variées. En raison de cette diversité, le chercheur/ l’équipe de recherche devra cibler 2 voir 3 ethnies différentes en prenant en compte les zones géographiques à plus forte exposition aux risques naturels et aux conséquences du changement climatique. Les zones envisagées pourront notamment inclure les bassins versants de Miharana, Soahany et Manambolo dans les régions de Manabe et Melaky, les populations côtières du centre Est, ou encore la communauté urbaine d’Antananarivo. La méthodologie de l’étude devra être centrée sur une approche consultative et participative au niveau des communautés.

II. Étude

Objectifs:

  1. Capitalisation des savoirs et des pratiques autochtones existantes sur les risques de catastrophes et le changement climatique à Madagascar en vue d’une meilleure intégration dans les programmes développés par les acteurs de la gestion des risques de catastrophes
  2. Identification des axes de transfert possibles des savoirs et pratiques dans les politiques d’intervention des acteurs de la gestion des risques de catastrophes.

Objectifs spécifiques :

  1. Disposer d’une cartographie et d’une base de données des savoirs et pratiques autochtones sur les risques de catastrophes ainsi que leur base scientifique.
  2. Sur la base de cette analyse, disposer de recommandations concrètes et d’axes d’interventions à destination des acteurs du Mouvement Croix-Rouge et des autres organisations œuvrant dans les domaines de la réduction des risques de catastrophes.

Méthodologie :

L’étude devra être menée par une approche consultative et participative à base communautaire. Afin de s’assurer de l’appropriation de ce travail par l’ensemble des acteurs impliqués (Mouvement Croix-Rouge, ONG, Ministères et institutions publiques, membres des clusters, notamment le cluster Education…), la méthodologie mise en œuvre par le prestataire devra également suivre un processus aussi consultatif que possible.

Le(a) consultant(e) devra à minima :

  • Analyser les données et ressources secondaires sur les pratiques et les savoirs autochtones en lien avec la réduction des risques de catastrophes
  • Mener des entretiens et des visites de terrain auprès des communautés ciblées
  • Rencontrer les acteurs du Mouvement CR/CR (Croix-Rouge malgache, Croix-Rouge Allemande, Croix-Rouge espagnole et FICR )
  • Rencontrer les acteurs du secteur public ou privés (ONG, associations, …) oeuvrant dans les zones identifiées en matière de réduction des risques de catastrophes et engagement communautaires

Dans son offre narrative, le(a) consultant(e) devra détailler les modalités de coordination qu’il/elle envisage avec les parties prenantes identifiées

Le(a) consultant(e) est libre d’utiliser toute autre méthodologie lui paraissant pertinente, après validation de celle-ci par la Responsable Formation et recherche de la PIROI.

Livrables attendus (à minima) :

Il est attendu de cette consultance la livraison des éléments suivants :

L1 – Rapport de démarrage : Ce rapport qui devra être remis quelques semaines après le lancement de la consultance contiendra, à minima :

  • le détail des zones et communautés ciblées par l’étude selon leur exposition aux risques naturels et au changement climatique ;
  • une note méthodologique affinant les objectifs et le format de l’étude ;
  • un plan d’action détaillé des consultations à prévoir ;
  • la liste des ressources qui seront analysées ;
  • les questionnaires proposés pour les entretiens avec les différentes parties prenantes.

La rapport démarrage devra être validé par les membres du comité de pilotage de l’étude et servira de base au consultant(e) pour la suite de son travail.

Langue souhaitée pour le livrable : français

L2 – Une cartographie et un rapport d’analyse opérationnel des pratiques et savoirs autochtones : ce document permettra de capitaliser les savoirs et pratiques en termes de réduction des risques de catastrophes (prévention, réduction, mitigation, préparation et relèvement) et d’identifier les transferts possibles dans les activités mises en oeuvre par les acteurs de gestion des risques de catastrophes.

Langue souhaitée pour le livrable : français

L3 – Un document de “lignes directrices” pour l’intégration des pratiques et savoir autochtones dans les programmes et orientations stratégiques : ce document consolidera les résultats des connaissances issues des livrables 1 et 2 et des entretiens avec les acteurs clés.

Les lignes directrices proposées devront être opérationnelles et assez détaillées pour pouvoir être facilement mises en œuvre.

Une première version (draft) du document sera soumise pour discussion avant la version finale.

Langue souhaitée pour le livrable : français

L4 – Un atelier de restitution des résultats de l’étude auprès de l’ensemble des partenaires impliqués.

Langue souhaitée : français et malgache

Langues :

Les livrables seront produits en français.

Budget :

Le(a) consultant(e) devra proposer un budget détaillé en annexe de sa proposition incluant les déplacements éventuels depuis et vers Madagascar, ainsi que les déplacements dans le pays et les frais de vie (hébergement, restauration, frais de communications, etc.).

Le(a) consultant(e) devra disposer de son propre matériel informatique et de son propre moyen de transport.

Il aura la responsabilité de la gestion financière de la mission qu’il devra justifier à la Croix-Rouge française.

Durée et période :

Une période de 5 mois est envisagée pour la réalisation de cette étude. Les livrables finaux doivent être rendus au plus tard dans un délai de 2 semaines suivant la fin de l’étude.

Le(a) consultant(e) doit proposer un nombre de jours/homme dans sa proposition technique et financière.

Le chronogramme de la mission doit être proposé dans son offre technique.

Le début de la consultance est souhaité à compter du 08 août 2022

  • Rapport de démarrage : 05 septembre 2022
  • Cartographie et rapport d’analyse : 15 octobre 2022
  • Draft des lignes directrices : 15 novembre 2022
  • Validation version finale des lignes directrices : 30 novembre 2022
  • L’atelier de restitution des résultats devra être réalisé avant le 15 décembre 2022.

Comité de pilotage

Tout au long du processus, le(a) consultant(e) rendra compte régulièrement des avancées de ses travaux à la Responsable de la Formation et de la Recherche.

Au moins 4 réunions d’étape devront être organisées en présence des membres du comité de pilotage.

Le comité de pilotage de l’étude sera composé de :

  • la Responsable Formation et recherche de la PIROI
  • la Responsable réduction des risques de catastrophes de la PIROI
  • la Référente technique RRC et ACC de la Croix-Rouge française

En fonction de l’ordre du jour d’autres participants pourront être mobilisés (ex: Croix-Rouge malagasy, BNGRC, Ministère de l’éducation, cluster…)

Bibliographie et documents mis à disposition :

III. Profil et compétences requises

Profil

  • Autonomie et initiative
  • Bon esprit analytique et de synthèse
  • Bonnes capacités rédactionnelles
  • Capacité de travail en équipe
  • Diplomatie et patience

Compétences et connaissances requises

  • Expertise, connaissance et expérience en ethnographie
  • Expertise, connaissance en Réduction des Risques de Catastrophes
  • Expérience en matière de recherche – action
  • Bonne connaissance de Madagascar et expérience de recherche dans le pays
  • Connaissance du Mouvement Croix-Rouge et Croissant Rouge est un atout
  • Connaissance de la PIROI est un atout
  • Langue française (très bonne expression écrite et orale requise) et langue malgaches

IV. offre technique et financière attendue

  • Proposition narrative incluant
    • la méthodologie proposée
    • le chronogramme détaillé
    • le budget/devis détaillé (merci d’indiquer les informations relatives au statut d’auto-entrepreneur)
  • CV de le(a) consultant(e ) / de l’équipe de consultants
  • Références détaillées des expériences/recherches en lien avec l’étude demandée ;

Un contrat type sera proposé par la Croix-Rouge française.

How to apply

La proposition complète devra être envoyée au plus tard le 20 juin 2022 à : [email protected] avec la mention objet du mail: ‘Edu SA Madagascar’ complète et à l’identique.